Actualités

La bataille de Tazizaout

la bataille de tazizaout dans la mémoire collective orale

Mohamed Ou bougrine

Introduction

Si l’histoire officielle nationale ne parle de tazgzaout que rarement, l’armée française la décrit dans ses moindres détails et la considère comme l’une des batailles les plus atroces .D’ailleurs, la glorieuse bataille, continue de vivre dans la mémoire collective orale.

Evidemment, on ne peut comprendre certains événements si on ne connaît pas le rôle du chef Sidi El mekki ou celui de ses glorieux ancêtres comme Sidi boubcher amhaouch ou Sidi Ali Amhaouch dans la direction des Ait Oumalau. Un arbre généalogique de cette famille de la zaouïa Derkaouia des ait Sidi Ali devient nécessaire pour élucider certains événements.

La colonisation du territoire des Ait Ssokhmane

Les Ait sokhmane du Nord-est (Ait hmama et Ait Abdi) étaient dirigés par les Ait Sidi Amhaouch de la zaouïa de ban Ouattas à l’est d’Aghbala et les ait sokhmane du Sud-ouest (Ait Daoud ou Ali et Ait Saïd ou Ali de taguelft et de Foum el Anceur) obéissaient à la zaouia des ihansalen de tamga et de la zaouïa d’askar sous la conduite du glorieux Sidi Hsaine ou tamga. Sidi Lmekki faisait des prophéties pour donner l’espoir au moudjahidin et relever leur morale afin de pouvoir résister à l’envahisseur. Et comme elles ne se réalisaient pas, la réaction de certains fidèles ne tarda pas à se manifester. La propagande de l’ennemi envenima la situation et les brèches s’ouvrirent dans les rangs de la résistance. Les poètes de la collaboration réfutaient ces prophéties l’une après l’autre.

Sidi El Mekki annonçait que les imhazane c’est-à-dire la famille de Moha ou hammou zayani ne mettraient pas les pieds sur le sol des ait Sokhman, mais la bataille de Tagouzalt(1) du 27mars 1923 le démentit.

Voir plus
Close